L’économie collaborative au service de la société

Aujourd’hui, j’ai eu l’opportunité de rencontrer Géraldine Biebuyck et Donatienne Van Houtryve, deux des fondatrices de l’application collaborative de babysitting Bsit qui compte plus de 130 000 utilisateurs à travers la France et le Benelux. Elle vise à simplifier la vie des parents en leur permettant de trouver rapidement et en toute confiance des baby-sitters proches de chez eux, recommandés par leurs amis ou leurs Cercles de confiance (clubs de sport, écoles, réseaux d’expatriés, voisinage …).

BSIT est l’exemple d’une belle réussite d’économie collaborative qui répond aux besoins de flexibilité, de disponibilité et d’immédiateté d’aujourd’hui, rendu possible par l’usage des nouvelles technologies.  BSIT offre ainsi un nouveau service à la communauté de France et du Benelux, une application qui peut s’avérer très utile et pratique.

J’ai pu visiter leur grande plateforme de co-working partagée avec 2 autres startups. Lors de notre échange, j’ai notamment pu aborder le sujet de l’entreprenariat et l’économie collaborative.

  • > L’entreprenariat au féminin.  La réussite de BSIT est double puisqu’elle illustre l’entreprenariat au féminin et la possibilité de pouvoir mener de front sa vie professionnelle, sa vie sociale et sa vie familiale.  L’entreprenariat féminin a encore du chemin à parcourir mais il faut se réjouir des modèles qui réussissent.
  • > La richesse des écosystèmes belge et français. Leurs différences font leurs forces et il est primordial de s’intéresser aux législations des voisins afin d’identifier les bonnes pratiques d’un côté comme de l’autre: développement du financement participatif (crowdfunding), défiscalisation du premier emploi pour les startups, incitations fiscales pour l’investissement productif
  • > Comprendre l’économie collaborative. On parle beaucoup d’économie collaborative, souvent associée au pouvoir des plateformes et à la concurrence déloyale. Dès lors, il est important pour le législateur d’écouter et de comprendre pour distinguer les différents business models de l’économie collaborative, savoir comment l’accompagner et l’encadrer le cas échéant.

MA VISION – Au contact de plusieurs entrepreneurs de France, de Belgique, du Luxembourg et des Pays-Bas, plusieurs axes me semblent important :

  • > Repenser la politique d’innovation dans un cadre numérique et européen avec les initiatives nationales telles que la French tech et européennes visant à créer un marché unique du numérique et une union des marchés de capitaux.
  • > Encourager les propositions pour améliorer le cadre fiscal pour les entrepreneurs. Il est important de transformer l’esprit de rente en prise de risque. Il faut ainsi réorienter l’épargne des Français vers l’investissement productif : soutien à des solutions innovantes de financement comme le crowdfunding, la montée des business angels, défiscalisation de l’investissement productif, amélioration de la fiscalité pour les transmissions afin de fluidifier l’économie
  • > Inscrire le monde du travail sous ses nouvelles formes dans le XXIème siècle et l‘adapter aux besoins de la société actuelle avec le développement du télétravail, du co-working, des horaires aménagés..

 

Contact







Je soutiens
Je souhaite faire un don
pour soutenir la campagne

Soit 0
après réduction d'impôts